Il est logique, à juste titre, d’adopter durant une épreuve, une diététique de l’effort et de récupération, ces deux phases étant capitales. Il est beaucoup moins courant, en revanche, de se pencher sur la diététique de l’entraînement, pensant que cette phase est surtout consacrée à l’entraînement physique proprement dit, au matériel, au mental … sans trop se préoccuper de la qualité nutritionnelle durant cette période.

Pourquoi adopter une stratégie nutritionnelle à l’entraînement ?

Une diététique de l’entraînement aura toute son importance, non seulement pour préparer l’organisme à l’épreuve, mais surtout pour le maintenir en forme durant cette période et mieux enchaîner les séances. Un entraînement effectué dans les règles doit préparer le sportif aux efforts intenses de l’épreuve, mais aussi faire progresser régulièrement ses performances par l’amélioration de ses capacités personnelles.

Pourtant, l’entraînement est très souvent gaspillé. Un entraînement intensif est soumis aux mêmes contraintes qu’une épreuve, à savoir : une forte déshydratation, une « fuite » minérale souvent importante, une « usure musculaire » et une consommation plus ou moins importante de glycogène qui peut être conséquente dès le début d’un entraînement intensif.

Ces limites sont généralement ignorées des sportifs, pour qui l’entraînement consiste surtout « à s’endurcir ». Il en résulte un blocage de la progression et une accumulation de fatigue, entraînant des passages à vide plus ou moins fréquents en cours de saison.

Quel produit de l’effort consommer avant un entraînement ?

Quel que soit le sport pratiqué, une énergie de départ performante telle que celle fournie par le SPORDEJ, est très efficace lors du petit déjeuner ou en tant que collation avant un entraînement. En plus d’hydrater le sportif avant la sortie, il apporte une énergie rapidement utilisable et très digeste. Le respect des règles d’hydratation, c’est-à-dire boire par petites quantités (5 à 10 cl) dès les premières minutes et ensuite régulièrement, est indispensable pour donner à l’entraînement son rôle constructif.

Et pendant un entraînement ?

La boisson énergétique doit être votre premier réflexe à l’entraînement. Le choix de la boisson est évidemment déterminant pour la qualité du travail musculaire et l’aptitude à soutenir des efforts de plus en plus intenses. HYDRIXIR ANTIOXYDANT, sous ses différentes présentations, constitue le carburant optimal pour un entraînement de qualité.

Selon la durée des séances, l’hydratation pourra être renforcée par quelques compléments énergétiques tels que le Gel antioxydant et les barres énergétiques.

On ne soupçonne pas les progrès qu’un entraînement soigné peut apporter sur l’ensemble d’une saison sportive !

Lors d’une phase d’entraînement intensive ?

Une phase d’entraînement dite « intensive » peut apparaître 2 à 4 fois dans l’année, sur des périodes allant de 3 semaines à 2 mois maximum. Durant cette phase, le sportif demande à son organisme un effort considérable. Une telle phase peut entraîner une accumulation de fatigue et même donner lieu à un syndrome de « surentraînement ». Il est alors possible de s’orienter vers des compléments comme dans le Pack entraînements intensifs afin de vous aider à passer cette période.

610268ae0e1f3edf7a01d0b6540bb86dxxx