Boire à l’effort, une absolue nécessité ?

Par Marion - OVERSTIM.s

L’hydratation est vitale pour l’organisme, surtout lors d’un effort physique car il faut compléter les pertes sudorales. En tenant compte de certaines nuances, une déshydratation peut être préjudiciable pour le sportif et c’est pourquoi tout doit être mis en œuvre pour l’éviter. Pour y voir plus clair, voici des réponses aux questions que vous vous posez.

Quelle conséquence peut avoir une mauvaise hydratation au cours de l’effort ?

Chaque heure, un sportif peut perdre en moyenne 1 litre d’eau, voire plus selon certains facteurs (vêtements imperméables, conditions environnementales). Une hydratation inadaptée peut alors conduire à une diminution très importante des performances physiques. Ainsi, il est démontré qu’une perte hydrique de 2% du poids corporel entraine une baisse des aptitudes de 20%. Une déshydratation supérieure à 4 % peut, quant à elle, réduire de près de 50% ces aptitudes(1). Une déshydratation importante peut aussi être à l’origine de perturbations musculaires (crampes), de troubles digestifs (vomissements), de coups de chaleur, voire de troubles du comportement ou de la conscience. Mais…

Une nouvelle étude datant de 2015 a démontré que cette première théorie n’était pas toujours vraie.

Des chercheurs(2) se sont aperçu qu’une légère déshydratation (entre 2 et 3%) n’altère pas forcément les performances en endurance. Ils ont précisé qu’aucun sportif n’ a été obligé d’abandonner le protocole que ce soit en raison d’une fréquence cardiaque supérieure à 95 % de la fréquence cardiaque maximale ou en raison d’une hyperthermie supérieure à 40°C.

Par ailleurs aucun sportif n’a présenté de trouble de santé durant toute la durée de l’expérimentation, montrant bien que la première théorie n’est pas toujours vraie. Rappelons que cette étude a été réalisée auprès de 11 cyclistes et ne représente qu’un petit échantillon des sportifs d’endurance. 

Enfin, une hydratation trop poussée peut aussi être contre-productive voire extrêmement dangereuse avec l’apparition d’hyponatrémie comme vous pouvez le lire dans cet article sur l’importance du sodium chez le sportif.

Eau, sirop ou boisson énergétique : que boire pour une hydratation optimale ?

S’il est indispensable de s’hydrater, il est tout aussi important d’apporter de l’énergie à l’organisme. En effet, sans énergie, l’organisme épuise ses réserves énergétiques et s’ensuit l’hypoglycémie. C’est pourquoi, il est fortement déconseillé de boire de l’eau pure, dépourvue d’énergie, pendant l’effort. Quant au sirop, il n’apporte ni vitamines ni minéraux et n’apporte que des glucides rapidement assimilés. En revanche, les boissons énergétiques ont l’avantage d’apporter des glucides pour fournir de l’énergie, des vitamines et minéraux indispensables pour compléter les pertes sudorales. Les boissons HYDRIXR ANTIOXYDANT répondent à ces critères et sont isotoniques.

Comment bien s’hydrater ?

Rien ne sert de boire d’un trait son bidon : une bonne hydratation repose sur la régularité ! Il faut boire dès le début de l’effort, par petites gorgées régulières. Il est conseillé de boire 1 à 2 bouches pleines d’HYDRIXIR ANTIOXYDANT toutes les 5 à 10 minutes, et cela dès le départ. Attention à ne pas attendre d’avoir soif pour boire : la sensation de soif est le signal indiquant que la déshydratation est déjà installée et qu’il est trop tard !

Un dernier conseil ?

L’hydratation est une attention de tous les jours, pas uniquement au cours de l’effort. Une bonne hydratation au quotidien minimise le risque de blessures (tendinites, perturbations musculaires…) et facilite la récupération. Avant une épreuve, MALTO ANTIOXYDANT fera coup double en optimisant votre capital hydrique et en augmentant idéalement vos réserves énergétiques. Après l’effort, la BOISSON DE RECUPERATION, par son association de glucides et de protéines, recharge les réserves énergétiques et accélère la régénération musculaire. Sa richesse en minéraux permet de compenser les pertes dues à l’effort.

 

(2) S. S. Cheung, G. W. McGarr, M. M. Mallette, P. J. Wallace, C. L. Watson, I. M. Kim andM. J. Greenway.  Separate and combined effects of dehydration and thirst sensation on exercise performance in the heat. Scand J Med Sci Sports. Article first published online: 6 MAY 2015

93d12800f686e28a36df86bf54b7bddfSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS