Bien choisir votre énergie

Par Marion - OVERSTIM.s

Votre triathlon approche, voici nos conseils nutritionnels pour faire le plein de carburant et pour bien gérer votre alimentation pendant l’épreuve.

Les trois jours avant

Une préparation énergétique les trois jours avant votre triathlon est primordiale pour pouvoir répondre aux exigences énergétiques de l’effort à venir. Le coût énergétique d’un triathlon est important, il faut donc soigner son alimentation les jours précédents l’épreuve, d’autant plus que sur la partie natation, il est quasiment impossible de se ravitailler.

Le jour J

Vous y êtes, dans quelques heures, vous serez en combinaison sur la ligne de départ ! Se pose alors la question de votre dernier repas avant l’effort. Comme le départ en triathlon est très violent, il faut privilégier avant la course un repas digeste et très énergétique. En effet lors d’un effort physique, la masse sanguine au niveau du système digestif diminue au profit des masses musculaires. Les organes digestifs étant moins bien irrigués, des perturbations digestives, sources d’inconfort voire d’abandon, peuvent apparaître à l’effort.

L’heure avant le départ

Ah l’épreuve de natation ! La distance ou la bousculade et les coups dans l’eau en font une épreuve souvent redoutée pour les amateurs comme pour certains triathlètes professionnels. En effet, pour ceux-ci le départ natation est souvent le moment sur lesquels ils se focalisent le plus car il peut faire perdre la course. Décompressez au maximum et pour éviter de prendre le départ en hypoglycémie du fait du stress, consommez une boisson à base de fructose. Ce glucide a un index glycémique bas, son assimilation ne perturbe pas la glycémie. De plus bien s’hydrater avant la natation est primordial car on transpire même dans l’eau. Partir avec un bon capital hydrique optimal est donc un atout pour anticiper les pertes sudorales.

Transition NATATION/VELO

OVERTIM.s vous conseille un gel ENERGIX, gel endurance par excellence pour bien attaquer la partie vélo.

Pour la partie VELO

Dès les premiers kilomètres sur votre vélo, bien vous réhydrater et vous alimenter après la natation est essentiel. Le vélo est l’activité idéale pour cela car c’est une activité portée qui ne procure pas d’ondes de choc. Le système digestif est donc beaucoup moins fragilisé à l’effort. N’attendez pas la soif pour vous hydrater car elle est le signal d’un début de déshydratation. Et une perte d’eau par transpiration de 2% du poids corporel provoque une baisse de 20 % des capacités physiques de l’individu. Ce pourcentage correspond à 1.4 kg chez un individu de 70 kg.

Pour la partie COURSE A PIED :

L’onde de choc répétitive à chaque foulée traumatise la sphère digestive. Pensez donc aux gels qui sont un concentré d’énergie digeste et profitez des ravitaillements pour absorber un peu d’eau après la prise d’un gel.

JUSTE APRES L’ARRIVEE :

Juste après l’effort, le muscle subit des modifications biologiques et biochimiques accélérant l’absorption des glucides et favorisant la reconstitution des réserves musculaires en glycogène (l’effet est constaté surtout dans les 4 voire 6 premières heures après l’effort). En ce qui concerne la réparation des fibres musculaires, des études récentes ont prouvé que la reconstruction musculaire est facilitée et accélérée par un apport précoce en protéines riches en acides aminés de type acides aminés ramifiés ou BCAA. Cet effet est renforcé lorsque la prise de protéines est associée à un apport glucidique. Cet effet culmine à la 4ème heure pour diminuer rapidement.

c2cab239a09ebe646c1e654ecadf253cffffffffffffffff