Conseils diététiques cyclo-cross

Par Emilie, Diététicienne - Nutritionniste du sport

Le cyclo-cross est une discipline hivernale qui se pratique d’Octobre à fin Février.  De nombreux coureurs sur route pratiquent cette discipline en complément de l’entraînement afin de préparer la saison sur route. Pour autant, le cyclo-cross est devenu au fil des années une discipline à part entière qui requiert une alimentation adaptée. Mettez toutes les chances de votre côté en suivant ces conseils.

Quel est l’intérêt de pratiquer le cyclo-cross l’hiver ?

La pratique du cyclo-cross au cours de cette période de l’année présente l’avantage de maintenir la motivation en gardant contact avec la compétition. C’est un moyen ludique de pédaler qui fait passer les durs mois d’hiver. Vous améliorerez votre aisance sur le vélo ce qui facilitera le retour des automatismes en peloton. Les efforts fournis au cours des cyclos-cross vous aideront à retrouver plus facilement le rythme dès les premières compétitions sur route. Enfin, la pratique du cyclo-cross sera utile dans la gestion de votre poids au cours de l’intersaison  car vous augmenterez vos dépenses énergétiques.

Comment aborder sa préparation ?

Quelles que soient vos ambitions, il est important de planifier les courses auxquelles vous aller participer  de manière à les intégrer convenablement à votre préparation physique générale hivernale.  Il est tout aussi important d’aménager des périodes de repos pour ne pas aborder le début de saison sur route fatigué. En effet, il y a une différence entre le fait de courir l’entière saison de cyclo-cross en ayant programmé au préalable une coupure estivale pour « refaire du jus »  et le fait d’optimiser sa condition physique en travaillant en résistance après avoir établi de sérieuses bases foncières dès le début de l’hiver.

Quels conseils diététiques pour l’entraînement ?

Les conditions climatiques à cette période de l’année sont généralement difficiles (froid, pluie, vent, neige…) et requièrent un surcroît d’énergie. Nombreux sont les coureurs qui décalent le repas du midi pour s’entraîner et profiter du redoux à ce moment de la journée et évitent ainsi d’être pris par la tombée précoce de la nuit.

  • Avant l’entraînement : mangez léger

Le SPORDEJ répond idéalement aux besoins des sportifs avant l’entraînement, puisqu’il fournit à l’organisme une quantité importante d’énergie sous un faible volume. Il se prépare en quelques secondes et est très digeste puisqu’il se consomme jusqu’à une heure avant l’effort.

  • Pendant l’entraînement : pensez à vous hydrater

Même par temps froid, l’hydratation est primordiale : il est recommandé d’avaler une bouche pleine de boisson HYDRIXIR ANTIOXYDANT toutes les 10 minutes environ. Boire régulièrement est indispensable pour hydrater l’organisme mais aussi pour apporter l’énergie nécessaire à l’effort et ainsi prévenir la survenue d’hypoglycémie.

Les gels énergétiques OVERSTIM.s permettent de compléter l’action de la boisson.

Quelle stratégie nutritionnelle adopter avant la compétition ?

Les départs en cyclo-cross sont généralement très violents car les coureurs se disputent les premières places du peloton afin de passer les difficultés sans embûche. Les circuits, relativement courts (de 1,5 à 3,5 km) sont très techniques : ils sont tracés sur les terrains les plus divers (routes, prairies, chemins, sous-bois, sentiers…) et comportent des obstacles artificiels contraignant les coureurs à poser pied à terre et courir en transportant leur vélo. Les efforts fournis sont donc intenses et soutenus sur une période de temps relativement courte (de 30 à 60 minutes) durant laquelle tout ravitaillement est quasi impossible : les coureurs ne peuvent ni boire ni manger au cours de l’épreuve. Dans ces conditions, les risques d’être sujet à une hypoglycémie et/ou à des perturbations digestives préjudiciables à la performance sont majorés.

  • Hydratation préventive : faites coup double

Les 3 jours précédant l’épreuve, un apport quotidien de 1,5 L d’eau additionné de 150g de MALTO ANTIOXYDANT permet d’augmenter les réserves glucidiques et d’hydrater l’organisme tout en évitant les efforts digestifs.

  • Alimentation pré-compétitive : Ne partez pas le ventre trop rempli et pas davantage l’estomac vide

Le dernier repas devra se terminer au minimum une heure avant le début de l’épreuve. Si la compétition a lieu le matin, votre petit-déjeuner se composera d’ 1/3 de GATOSPORT.

Si la compétition se déroule l’après-midi il faudra également prévoir une collation d’1/3 de GATOSPORT au moins une heure avant le départ de la course en remplacement du repas de midi.

  • Stabilisation énergétique : prenez le départ dans des conditions optimales

Pour commencer l’hydratation, stabiliser la glycémie et pallier les effets du stress durant la période d’attente avant le départ, boire 50 cL de BOISSON D’ATTENTE par petites gorgées régulières (toutes les 10 minutes) réparties sur les 2 heures précédant le départ.

Juste avant le départ, la prise d’un GEL ANTIOXYDANT  limitera la survenue de perturbations musculaires ou la prise d’un gel COUP DE FOUET assurera les besoins d’un départ rapide.

455bd67f99f4c09a23fae831a41e671eXXXXX