Le mental : tout dans la tête

Par Jean-Michel Richefort -

Participer à un long brevet signifie aussi être armé mentalement. Rappelons que les sociologues ont découvert une détermination décuplée chez les pratiquants de l’ultra-endurance. On est ici loin des disciplines cyclistes traditionnelles et standardisées.

Peut-on encore parler de contrainte et de capacité à repousser ses limites Nos fréquents contacts avec les spécialistes du genre nous incitent plutôt à mettre en avant ce qui concerne l’écoute du corps et de ses réactions, les sensations et les rythmes biologiques. Cette connaissance de soi engendre deux sortes de bénéfice.

Elle permet d’une part d’exercer un contrôle très personnalisé sur son effort, et d’autre part d’en réguler avec une extrême précision les variations d’intensité et de rythme. Sur de telles distances, il est fréquent de connaître des périodes de grande lassitude. Ne cédez surtout pas au découragement. C’est à force de volonté et de persévérance que l’on vient à bout d’un tel défi.

Paris-Brest-Paris est un brevet hors du commun qui doit s’effectuer avec plaisir, rigueur et méthode, sans notion de contrainte. Rappelez-vous cet adage : il n’y a pas de pentes infranchissables, il n’y a que des braquets inadaptés.

2e418eba00ebb2cb2c4aab79b8fdd888`````````````````````````````