Dominique

CHAUVELIER

Quand on te parle de tes débuts dans la course à pied, quels sont les premiers souvenirs qui te reviennent en mémoire ?
J’ai commencé à l’âge de 13 ans, j'étais un gamin timide et réservé. Au fil des années, j’ai connu toute l’embellie de la montée de la course à pied. A l'époque, courir en dehors de la piste ne se faisait pas. Au milieu des années 70, le mot jogging n’existait pas. Tu te faisais traiter de fainéant à courir. J'ai constaté une très grosse évolution.
Ta première victoire t’a donné le goût de continuer ?
Oui, j'ai commencé par le cross. J’aimais bien les cross scolaires. J'avais vraiment la volonté de m’affirmer dans quelque chose.
Quelles ont été les rencontres qui t’ont marqué ?
Il y a des gens qui ont été présents au bon moment. A 14 ans, j’avais mon comité départemental à mes côtés. Des gens qui m’ont poussé et qui m’ont été utiles pour la suite de ma carrière !
Quelle était ta distance de prédilection ?
Le Marathon, pour pouvoir faire les championnats .
A l’époque parlait-on déjà de nutrition sportive ?
Malheureusement j’ai fait partie d’une génération avant cross : carottes râpées, purée, jambon. Après on a parlé des sucres lents. Puis dans les années 80, on a entendu parlé du régime scandinave. Dans les années 90, on a vu apparaître les apports de compléments de boissons et de gels mais j’étais déjà en fin de carrière. Parallèlement, je me renseignais dans la diététique. Mais je laisse aussi parler mon corps , je suis beaucoup à l'écoute.
J’ai vu des mecs faire des régimes alimentaires qui se sont usés physiquement : il faut par moment savoir lâcher la soupape pour mieux repartir.
Tu as été plusieurs fois champion de France du Marathon, peux-tu nous parler de ton palmarès ?
J'ai fini quatre fois premier. Mon premier titre est arrivé à 24 ans : 2h14. A cette époque, il y avait des vieux principes . J'ai plusieurs fois entendu : « Tu vas te bruler les ailes ».
Après cela, j’ai toujours été au plus haut niveau dans chaque catégorie. Je suis un compétiteur, ma force c'est le mental, qui est souvent plus important que le physique.
Pourquoi selon toi le marathon n’est pas une discipline comme les autres et quelles sont les raisons pour lesquelles tant de coureurs se lancent ce défi ?
En effet, le marathon est un défi. C'est une des rares disciplines où il y a une incertitude et on ne sait pas comment le corps va réagir. Tu ne peux pas répercuter en fin d’entrainement les sensations de fin de marathon. Tu essaies de mettre les chances de ton côté, car tout se joue dans la gestion de l’effort.
Le Marathon est une discipline hors norme, une expérience humaine, quels conseils donnerais-tu à un sportif qui se lance sur son premier marathon ?
Si c’est déjà un sportif : l’entrainement. Attention à l’euphorie de la première moitie de course. Il faut parfois savoir courir avec un frein a main !
La nutrition comme le matériel et les techniques d’entraînement ont beaucoup évolué. Quel regard as-tu sur la nutrition sportive aujourd’hui ?
Pour un jogger c’est un bel outil. Au début je me suis demandé s’il n’y avait pas un effet placebo. Mais dès que j’ai connu les gels, j'ai senti un réel changement dans les réactions de mon corps. Les boissons de récupération ou d’attente sont aussi un réel avantage. J’aurais connu ces produits à l'époque, j'aurais sans doute pu être régulier à 2h10 , 2h11 .
Tu es un acteur important et une figure emblématique de la course à pied en France ? Quel regard portes-tu sur les pratiquants et leur discipline ?
La coure à pied c’est sociologique. On est dans une société où il faut être beau svelte, élégant : l’envie de séduire. Mais c’est également un sport individuel qu’on aime partager. On aime se retrouver pour en parler.
Par contre le niveau d’ensemble est à la baisse je pense.
Le Trail, Les longues distances sont de nouvelles disciplines. Tu t’es déjà essayé sur ces distances. Qu’en penses-tu ?
Je suis tellement sollicité, je n’ai pas vraiment pu aller voir d’autres disciplines. J’aurais bien fait un peu de Triathlon. Je ne suis pas sûr d’avoir le physique pour des ultra trails, il faut être petit et trapu.
Tu vis de ta passion à présent, mais te lances tu toujours de nouveaux défis sportifs ?
J’ai beaucoup voyagé, maintenant ma priorité c'est le plaisir . Ce que je retiens de ma carrière se sont surtout les rencontres humaines et les voyages.

Besoin d'aide ?02 97 63 82 61
Nos conseillers vous répondent
du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30
Livraison GRATUITELivraison GRATUITE
Livraison gratuite en France métropolitaine
à partir de 89.9 EUR
Paiement 100% sécuriséPaiement 100% sécurisé
Vous commandez en toute tranquilité, vos coordonnées bancaires sont cryptées
Livraison rapideLivraison 48h / 72h
Livraison rapide et sûre
en Colissimo ou en Point relais
OVERSTIM.s utilise des cookies pour mémoriser les produits que vous mettez dans votre panier. En naviguant sur ce site, vous acceptez leurs utilisations.
J'ACCEPTE