Marathon: le jour j, les derniers conseils

Par Gilles Dorval, Entraîneur 3ème degré FFA

Après de longues semaines de préparation, il serait dommage de réduire à néant les efforts consentis pour une erreur commise le jour J !

1 - Ne changez pas vos habitudes

Le jour du marathon, pas de place pour l’improvisation. Reproduisez les protocoles testés et validés tout au long de la préparation, avant et pendant vos sorties longues du week-end ou lors des séances à allure spécifique. Cela vaut aussi bien pour le choix de la tenue et des chaussures, que pour la manière de s’alimenter avant ou pendant la course.

Conseil : Gatosport, vous permet de prendre le départ dans les meilleures conditions. D’une grande puissance énergétique, digeste et facile à préparer, Gatosport se consomme seul (1/3 à 1/2 gâteau) 1 heure avant l’épreuve. Il permet ainsi un gain de sommeil bien appréciable. Si vous êtes en déplacement, sachez que le Gatosport se prépare jusqu’à 3 jours avant l’épreuve.

2 - Donnez-vous du temps

Afin d’éviter tout stress inutile, prévoyez une marge de sécurité dans vos déplacements. Patientez quelques minutes supplémentaires dans le sas ou la zone de départ sera toujours moins stressant que de se retrouver coincé dans un embouteillage ou de devoir laisser passer les trames de métro trop bondées. Ainsi vous profiterez aussi pleinement de l’ambiance conviviale précédant le départ.

3 - Pensez à votre confort

Le temps d’attente dans les sas de départ peut parfois s’avérer long. Surtout si les conditions météorologiques sont défavorables. En cas de pluie ou de températures glaciales, restez bien couvert (vieux tee-shirt, pull) et protégez vous (un grand sac poubelle percé pouvant faire office de poncho) jusqu’au moment du départ. Contraint à devoir lutter contre le froid, il serait dommage de devoir commencer à puiser dans vos réserves alors que vous n’avez pas encore parcouru le moindre kilomètre…

Échauffez-vous …si nécessaire

Contrairement aux distances inférieures, et vu l’intensité de l’effort demandé, s’échauffer avant un marathon n’est pas indispensable. Effectuez tout au plus 10 minutes de footing à allure lente et profitez des 2-3 premiers kilomètres pour permettre à votre système cardio-vasculaire d’atteindre progressivement son niveau de rendement optimal.

4 - Gare au surrégime

Apres de longues semaines de préparation, voici venu le moment tant attendu. Attention à toute forme d’euphorie. Cinq minutes avant le départ recentrez vous sur votre objectif.

Dés les premiers mètres de course, appliquez vous à bien respecter la fréquence cardiaque (FC) ou/et l’allure de course travaillée à l’entrainement. Sous aucun prétexte, vous ne devez vous laisser entrainer par l’ensemble du peloton. Tout surrégime en début de course se paie chèrement au-delà du 30eme kilomètre.

Lors des grands marathons, deux à trois kilomètres peuvent être nécessaires pour atteindre son allure de course. Pas de panique. Les quelques secondes perdues au départ ne vous empêcheront pas d’atteindre votre objectif. Au contraire. Profitez de ce début de course pour parfaire votre échauffement et rentrer progressivement dans la course.

Bon à savoir : plus de 80% des coureurs partent trop vite. Et vous 

5 - Qui veut voyager loin

Vouloir prendre de « l’avance » lors du premier semi marathon serait une grave erreur. Procéder ainsi entraine un épuisement prématuré des stocks de glycogène intramusculaire synonyme de fin de course très compliquée (mur du marathon). Ne craignez pas un léger retard lors du passage au 21eme kilomètre. Au contraire. Sur marathon tout l’enjeu des 30 premiers kilomètres consiste à économiser au maximum ses réserves énergétiques.

6 - Gare aux à-coups

Comme pour tout véhicule à moteur, toute accélération en course se mesure par une dépense énergétique accrue. Suite à un arrêt « technique » (ravitaillement, envie pressante, etc..) ne stressez pas. Vous avez largement le temps pour rattraper en douceur les quelque secondes perdues.

7 - Bien s’alimenter

Ne zappez aucun ravitaillement. Dés le 5eme kilomètre, prenez le temps de bien vous hydrater (deux à trois bonnes gorgées d’eau) et d’apporter à votre organisme tout le carburant nécessaire au bon entretien des réserves de glycogène (l’équivalent d’un gel énergétique tous les 5 kms).

Comme toujours, prenez uniquement les produits que vous avez testés et validés lors de vos sorties longues ou de vos séances à allure spécifique marathon.

Si boire ou manger en courant vous est difficile, ne pas hésiter à marcher quelques secondes (15 à 20 secondes). Cela ne nuira nullement à votre performance finale. N’attendez pas d’avoir soif pour boire.

Conseil : Les gels OVERSTIM.s contiennent des glucides rapidement absorbables provoquant un effet énergétique immédiat mais également des glucides complexes se comportant en « sucres lents ». Cela permet d’avoir une bonne répartition de l’énergie tout au long de votre marathon, évitant ainsi coup de pompe et fringales. De plus ils sont faciles à transporter et évitent les efforts de mastication. Les gels OVERSTIM.s sont la solution énergétique pour vous ravitailler en toute autonomie.

8 - Gare à l’euphorie

Passé la mi course, le sentiment d’euphorie peut gagner le coureur, l’invitant à accélérer légèrement l’allure. Sachez résister à cet appel en restant parfaitement calé à votre allure de course. Sur marathon la panne sèche (le mur) peut survenir en l’espace de 500m. Ne prenez aucun risque et attendez les deux derniers kilomètres pour vous lâcher !

Bon marathon à toutes et tous !

Besoin d'aide ?02 97 63 82 61
Nos conseillers vous répondent
du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30
Livraison GRATUITELivraison GRATUITE
Livraison gratuite en France métropolitaine
à partir de 50 EUR
Paiement 100% sécuriséPaiement 100% sécurisé
Vous commandez en toute tranquilité, vos coordonnées bancaires sont cryptées
Livraison rapideLivraison 48h / 72h
Livraison rapide et sûre
en Colissimo ou en Point relais